Pour vivre heureux

Restons caché !

Si à chaque fois qu’on passe à la télé

La victoire nous est refusée

Il nous reste qu’une seule solution

C’est de couper la télévision !

Pourtant le cameraman ce n’est pas lui

Qui nous fait perdre, qui agit !

Le journaliste lui, narre le spectacle

Le jeu, les buts, les tacles.

Ils ne téléguident pas le ballon

Lorsqu’ils sont là, ce n’est pas bon !!

C’est ainsi, c’est navrant !

Pourtant

 Supporters, on peut aussi penser

Que nos joueurs ont une responsabilité

Petite ! Certes, mais pour gagner

Il faut un but au moins… Marquer

Et depuis un certain temps

Ils sont bien silencieux, nos avants !

Si notre gardien encaisse un but

C’est alors, complètement foutu !!

Alors, pour vivre heureux, restons caché

Il ne faut qu’en même pas trop pousser

On aimerait tant devant notre télévision

Savourer notre passion

Bondir du fauteuil, et s’écrier…

On a gagné... on a gagné !

Eternel rêveur…

¤¤¤¤¤

Albert Martel

23 novembre 2015

Nous voilà à nouveau prêts…  

Reprenons nos ludiques activités.

ludique activités

Nous venons de vivre un moment sacré

Nos cœurs tous ensemble rassemblés

Certains se sont recueillis, d’autres ont prié

Nul ne peut oublier.

Mais il faut savoir être à la hauteur

Prouver notre force, notre grandeur

Reprendre toutes nos activités

Toutes nos libertés

Comme avant, savoir sourire

Savoir chanter, savoir rire.

Vivre !

Le championnat reprend ses droits

La lutte sera rude parfois

Notre équipe devra être à la hauteur

Stimulée, guidée par l’entraineur

Aucun doute chez les supporters

L’objectif est précis, clair

Alors fair-play, respectons l’adversaire,

Nous aimons tant le beau jeu clair.

A toutes les équipes, bon vent

Allez-y gaiement…

Comme hier, comme avant.

¤¤¤¤¤

Albert Martel.

18 novembre 2015

Ko debout, un instant

Mais toujours debout, présent !

1492402 211177062420563 1113491988 o

Lorsque la fin du match à Paris fut sifflée

Nous étions tous sonnés

Ko debout, chancelants, éberlués

Nous savions qu’il se passait ailleurs

Des choses graves, des grands malheurs

Nous ne pensions plus à notre festive soirée

Loin de la victoire, les buts marqués

Nous n’étions plus des supporters enchantés

 Mais brusquement des français tétanisés.

Des monstres guidés par de funestes gourous

Multipliaient des gestes fous !

Tous les commentaires sportifs muets

Une page s’est vite tournée

Gravement nous avons compris

Un grand malheur nous avait surpris.

Nous pensons à tous ceux en souffrance

A notre pays la France

Tous ensemble, unis, déterminés

Loin des clivages et petits intérêts minables

Nous allons savoir vaincre le mal.

Et cela passe par tout ce qu’on aime partager

Non… ils ne nous feront pas changer !!

On va continuer à vivre nos passions,

Ensemble nous sommes les gardiens

De notre bien commun

Notre civilisation.

¤¤¤

Albert Martel

15 novembre

Lock full review www.8betting.co.uk 888 Bookmaker