Rétro. Ou évoluent nos anciens de la maison « sang et or » ?. Aujourd'hui E.Darbelet

retro Darbelet

   Ils sont des centaines à avoir porté le maillot « sang et or » du MUC 72 au Mans FC durant ces trente-quatre dernières années…

   Depuis 1985 jusqu’à aujourd’hui, les supporters de notre club en ont vu passé un tas de joueurs et chacun, aura forcément une préférence suivant les années et les saisons sportivement parlant.  Les plus jeunes, pencheront certainement plus pour la génération des Basa, Matsui et autre Grafité, la dernière équipe à avoir brillé au plus haut niveau, ce qui entre nous, est tout à fait normal.

   Pour les plus anciens, nous penserons à la génération de la première montée en première division, les Drouin, Bolivard, Bonnart, Fanchone et autre Daniel Cousin !

   Et bien, nous allons prendre tout le monde à contre-pied cette fois-ci en se penchant sur un ancien attaquant assez marquant, qui sera resté pas moins de cinq années au MUC 72. Il aura laissé le souvenir d’un joueur combattant, pour qui, porté les couleurs de notre club avait une réelle importance…

   Allez c’est parti avec aujourd’hui, des nouvelles de notre ami Emerick Darbelet, bonne lecture à toutes et à tous !

Emerick Darbelet 2Emerick Darbelet

   Ancien milieu offensif du MUC 72 de 1994 à 1999, aujourd’hui, entraineur de Fontenay Le Compte (National 3)

   Pendant cinq années, il porta avec beaucoup de fierté le maillot « sang et or », marquant son passage notamment par une demie finale de coupe de France disputée avec le MUC 72 face au CS Sedan Ardennes en 1999 au cours d’une saison, sa dernière au Mans, assez contrasté sportivement.

   Arrivé sous la forme d’un prêt du Stade Rennais alors qu’émergeait la génération des Sylvain Wiltord, Ulrich Le Pen et autre Pierre-Yves André sur le front de l’attaque des « rouge et noir », Emerick arriva au Mans avec la ferme intention de reprendre du temps de jeu pour relancer sa jeune carrière, déjà prometteuse, avec un titre de vice-champion de France de division deux acquis un an plus tôt sous la férule de Didier Notheaux « Ma première saison à Rennes a été très, très bonne avec Didier puisque j’ai joué la quasi-totalité des matchs de D2 en 1992/93 »

E Darbelet CDF 99 v1

    Mais ne se souvenir d’Emerick que pour cet exploit et ce superbe parcourt (élimination de Laval et Rennes notamment), serait trop réducteur, tant il apporta au collectif manceau durant toutes ces saisons au côté notamment de nos goléadors Patrick Van Kets, Réginald Ray et Dagui Bakari aux avants poste de notre équipe favorite à partir du milieu des années 90.

 « Avec les Olivier Pedemas, Olivier Pignolet, Denis Arnaud, Willy Bolivard, Koffi Fiawoo, Maxime Poisson, Regis Beunardeau, on avait une vie extra-foot incroyable. Nos femmes se côtoyaient. Les week-ends, on allait chez les uns et chez les autres. Quant au Stade Léon-Bollée, les vrais supporters étaient toujours là. Le MUC 72 m’a marqué c’est certain »

   Une fois sa carrière terminée et les crampons remisés au placard définitivement, Emerick se lança sans sourcilier dans le métier d’entraineur, d’abord en tant qu’adjoint pendant de nombreuses saisons, le temps de parfaire son apprentissage notamment auprès de Pascal Moulin qu’il côtoya à Moulins puis à Jura-Sud.

   Tantôt adjoint en équipe fanion, Emerick s’occupait également de la réserve, souvent avec brio d’ailleurs. A son actif, une montée en CFA 2 avec la réserve moulinoise ou il lança de nombreux jeunes et un maintien confortable acquis avec les jeunes jurassiens (DH), il y a deux ans.

   Après un break d’une année pour se ressourcer auprès des siens, Emerick recherchait un nouveau challenge et comme la chance sourit aux audacieux, c’est l’un de ces anciens co-équipiers du temps de ces années de formation au Matra-Racing (fin des années 80, début 90) qui se rappela à son bon souvenir…

   A Fontenay Le Compte, Antony Gauvin n'étant pas reconduit à la tête de l'équipe fanion tout juste relégué en national 3, le club du Sud-Vendée se cherchait un nouveau technicien. Et c’est à cette occasion que Damien Lecomte, le directeur sportif fontenaisien et ancien racingman, s’attacha les services d’Emerick.

   A la tête des fontenaisiens, Emerick sait très bien que la tâche sera ardue mais à l’image du footballeur qu’il a été, il ne lâchera rien et compte bien amener ses joueurs le plus haut possible ! « On a conscience qu’on va être attendu puisqu’on est l’équipe qui descend. Je pense qu’on est dans une année de transition qui va être compliquée parce qu’il faut gérer la descente, le changement de coach, la très grosse baisse du budget ainsi que l’intégration de six joueurs de R1 »

   Mais pour autant, notre ancien milieu de terrain ne perd pas de vue, l’objectif des siens qui repart avec un groupe identique à l’an passé à 90 % « Je ne vais pas révolutionner ce qui a été fait avant. Ce qui m’importe, c’est ce qui va se passer maintenant et dans les semaines à venir »

Lock full review www.8betting.co.uk 888 Bookmaker